Alliances entre organisations internationales:
le commerce

Renforcer les potentiels en matière
de commerce et d'environnement

An african village

Créée en 2000, l'Équipe spéciale PNUE-CNUCED chargée du renforcement des potentiels en matière de commerce, d'environnement et de développement (ESRP) est une initiative de collaboration entre le PNUE et la CNUCED. Avec l'appui de l'OMC, d'autres agences onusiennes, des gouvernements intéressés, d'organisations intergouvernementales et d'ONG, l'ESRP offre un cadre souple pour ces activités. Ses programmes thématiques et par pays offrent un processus d'apprentissage par l'action audéterminé. Le dialogue stratégique et l'établissement de réseaux renforcent le processus d'apprentissage en permettant aux bénéficiaires de l'ESRP d'échanger des idées, des expériences et des points de vue et d'établir des partenariats pour partager l'expertise et la transmettre.

Plus de 1000 décideurs et négociateurs ont participé à des ateliers et des séminaires de renforcement des capacités, orientés principalement sur les grandes questions commerciales et environnementales, notamment celles que traite le Comité du commerce et de l'environnement de l'OMC. Six ateliers ont été organisés en Asie et six en Amérique latine et dans les Caraïbes, dix séminaires ont eu lieu en Afrique et des missions consultatives ont été menées dans cinq autres pays.

Actuellement, l'ESRP travaille au renforcement des capacités nationales au Kenya, en Ouganda et en Tanzanie dans le but de promouvoir l'agriculture biologique et la commercialisation de ses produits.

Dans le cadre de l'Initiative est-africaine pour l'agriculture biologique, un projet de norme biologique est-africaine a été soumis au Conseil estafricain pour approbation officielle. Une fois ratifiée, la norme biologique est-africaine deviendra la première norme biologique régionale élaborée par des pays en développement, et au terme d'un processus approfondi de partenariat public-privé. Elle devrait stimuler la production et le commerce des produits biologiques en aidant les agriculteurs estafricains à accéder aux marchés d'exportation, dans la région et à l'extérieur, notamment au sein de l'UE. Des équipes nationales dirigées par des organismes gouvernementaux sont en train de mettre sur pied des projets afin d'aider les décideurs à intégrer des considérations commerciales, environnementales et sociales dans les politiques visant à promouvoir l'agriculture biologique.

En outre, l'ESRP renforce actuellement les capacités de quatre pays (Madagascar, Nicaragua, Ouganda et Viet Nam) pour qu'ils soient en mesure d'effectuer des études sur le commerce des espèces sauvages, en collaboration avec la CITES et l'Institut universitaire d'études du développement (IUED) situé à Genève. Cette initiative est la première réponse mondiale à l'appel lancé par les Parties à la CITES pour obtenir un soutien à leurs politiques sur le commerce des espèces sauvages. Simultanément, l'IUED a entrepris plusieurs études afin de contribuer au renforcement des capacités des institutions nationales et d'évaluer les progrès accomplis par l'initiative dans la réalisation de ses objectifs. Les résultats sont résumés dans un Rapport de synthèse final de grande diffusion. Enfin, une réunion internationale diffuse les résultats de l'initiative et encourage d'autres pays à procéder à des examens de leurs politiques commerciales relatives aux espèces sauvages.

Dans le domaine des biens et services environnementaux, l'ESRP a permis d'établir le Groupe de Bangkok, un mécanisme consultatif pour développer les capacités des membres de l'OMC ayant participé activement aux négociations de l'OMC sur les biens environnementaux. Les pays suivants font actuellement partie de ce groupe: Afrique du Sud, Argentine, Bangladesh, Brésil, Chine, Cuba, Égypte, Équateur, Inde, Indonésie, Malaisie, Mexique, Thaïlande et Philippines. L'ESRP sert de facilitateur aux réunions et leur fournit un appui considérable, notamment sous forme de documents, d'études et de notes d'information préparés sur demande.

Informations fournies par Hussein Abaza, Chef du Service Économie et Commerce, PNUE, et Ulrich Hoffmann, Chef du Service Commerce et Développement durable, CNUCED.