Alliances entre organisations internationales

GEOSS a été conçu de façon à permettre une observation complète, coordonée et permanente, dans une perspective interdisciplinaire. Les avantages de telles alliances ont déjà été prouvés.

José Achache

José Achache,
Directeur du Secrétariat du Groupe des observations de la Terre

José Achache est l'ancien Directeur du Programme d'observation de la Terre de l'Agence spatiale européenne (ASE). C'est dans ce cadre qu'il a lancé, avec la Commission européenne, l'initiative de «Surveillance globale pour l'environnement et la sécurité» (GMES). En septembre 2005, il est devenu le premier directeur du Secrétariat de GEO, établi à Genève depuis mai 2005.

GEO

Obtenir des renseignements précis pour formuler les politiques

L'une des alliances les plus prometteuses coordonnées à partir de Genève vise à améliorer la prévention des catastrophes, l'adaptation aux changements mondiaux et la planification de la gestion des ressources. Elle agit par le biais d'un partenariat de pays et d'organisations qui rassemblent des observations de la Terre.

Q: Comment décririez-vous l'objectif premier de GEO?

A: Le Groupe des observations de la Terre a été créé pour coordonner l'ensemble des systèmes d'observation de la Terre, existants et à venir, dans le but d'améliorer leur efficacité et leur utilisation. Pour lutter contre les changements environnementaux et réduire les catastrophes naturelles par une meilleure compréhension du fonctionnement de la Terre en tant que système, nous avons mis en place toute une série d'instruments de collecte d'information: satellites, bouées, sismomètres et autres. Ces observations de la Terre sont transformées, au moyen d'ordinateurs et de modèles, pour l'établissement de prévisions, de cartes et autres outils d'aide à la décision.

Tous ces systèmes d'observation utilisent un langage différent. Ils se distinguent les uns des autres par leur présentation, les données qu'ils produisent et leur cadre de référence. GEO a pour objectif que ces systèmes fournissent des observations complètes, coordonnées et permanentes, accessibles à tous - et que ces instruments disparates et décousus parlent le même langage.

Q: Comment évaluerez-vous votre réussite?

A: L'objectif de cet effort de coordination qui porte sur 10 ans et englobe 68 pays, la Commission européenne et 46 organisations internationales, dont beaucoup d'organismes des Nations Unies, est d'établir ce que nous avons baptisé le Système mondial des systèmes d'observation de la Terre (GEOSS). GEOSS ne sera couronné de succès que si les utilisateurs tirent le meilleur parti des observations et des informations intégrées qu'il permet de recueillir, d'où l'importance de l'approche axée sur les utilisateurs. Au nombre des acteurs appelés à utiliser les observations de la Terre figurent les décideurs, les responsables politiques, les scientifiques, les entreprises, les sociétés de réassurance, les spécialistes des interventions d'urgence, les organisations internationales, les organisations non gouvernementales et le grand public.

Les observations de la Terre et les informations intégrées doivent être utilisées à bon escient, c'est-à-dire en privilégiant l'usager.

Voila pourquoi nous accordons la priorité à l'établissement d'un portail Internet ouvert à tous ces différents utilisateurs potentiels. Parce que nous savons qu'ils ne sont pas tous aguerris à l'utilisation des systèmes d'observation modernes, ce portail offrira des modules de formation et la technologie des logiciels et services interactifs en ligne connus sous le nom de Web 2.0. Parallèlement, nous étudions bien entendu les problèmes techniques de l'interopérabilité des systèmes et de la collecte des données.

Q: En quoi le fait de rassembler ces observations contribue-t-il au développement durable?

A: Vous touchez là à un point essentiel. La communauté internationale reconnaît que la compréhension des systèmes terrestres - météorologie, climats, océans, atmosphère, eau, sols, géodynamique, ressources naturelles, écosystèmes, et risques naturels ou d'origine humaine - est primordiale pour améliorer la santé, la sécurité et le bien-être de l'homme, pour alléger les souffrances humaines, y compris la pauvreté, pour protéger l'environnement mondial, pour réduire les pertes causées par les catastrophes naturelles et pour parvenir au développement durable. La Terre est un système de systèmes. La compréhension d'un de ces systèmes passe par l'observation de nombreux phénomènes interdépendants. En revanche, une seule observation suffit à de nombreuses utilisations différentes. En reconnaissant ces synergies, GEOSS sera plus rentable et plus efficace qu'une série de systèmes disparates.

Q: Il semble que GEOSS ait beaucoup à apporter à la science...

A: GEOSS peut apporter une contribution de taille à notre compréhension de la Terre en permettant aux scientifiques d'analyser les processus sous-jacents, de relier les disciplines entre elles, et de créer des modèles de collecte de données. Ces progrès scientifiques contribueront à leur tour au développement durable par une amélioration des applications et des systèmes de prévision. Voilà comment le GEO mettra les observations de la Terre à la portée de celles et ceux qui en ont besoin, que ce soit pour approfondir leurs connaissances ou pour prendre des décisions plus éclairées.

www.earthobservations.org