Développement durable:
l'économie et l'environnement

Hussein Abaza

Hussein Abaza, UNEP

Hussein Abaza est responsable de la Section économique et commerciale (ETB) du PNUE.

Linkages between ecosystem services and constituents of well-being

PNUE

Paiement des services rendus par les écosystèmes (PSE)

Le travail du PNUE relatif au paiement des services rendus par les écosystèmes montre comment Genève permet d'explorer de nouvelles idées sans exiger de négociations formelles ou de conclusions définitives à chaque réunion, tout en traçant la voie vers d'autres réussites.

Les nombreux processus naturels indispensables au bien-être de l'homme sont souvent appelés «services rendus par les écosystèmes» ou encore «services écosystémiques». L'Évaluation des écosystèmes au début du millénaire, par une étude approfondie de l'état de l'environnement mondial, a mis en garde que 60 à 70% des services écosystémiques étaient en train de se détériorer, qu'il s'agisse de a production d'oxygène, de la purification de l'eau et de l'air, de la régulation du climat mondial ou de la préservation de la diversité biologique et génétique.

Le concept de paiement des services rendus par les écosystèmes (PSE) - consistant à établir un mécanisme compensatoire de telle sorte que les bénéficiaires des services paient des redevances aux communautés locales pour les maintenir en état - intéresse de plus en plus les chercheurs, les ONG environnementales, les gouvernements et le secteur privé sachant que les projets pilotes animés par cette idée se multiplient aux quatre coins du monde. Mais la nécessité d'établir un cadre mondial pour institutionnaliser ces projets est de plus en plus évidente.

Un atelier sur les paiements internationaux des services rendus par les écosystèmes a été organisé à Genève les 12 et 13 septembre 2006, pour étudier les moyens de combler cette lacune. Des spécialistes représentant les universités, le secteur privé, les gouvernements, les organisations internationales et les ONG se sont réunis pour discuter de la mise en oeuvre du paiement des services rendus par les écosystèmes à l'échelle internationale. Cette réunion a été parrainée par le PNUE/ETB et l'Union mondiale pour la nature (UICN), en étroite collaboration avec la Convention sur la diversité biologique (CDB), avec l'appui du Gouvernement allemand. Objectif visé: définir une action - y compris recherche, consultation et application internationales - susceptible d'être menée collectivement.

Il a été convenu que les activités à venir se concentreraient sur la biodiversité, tout en exploitant au maximum les possibilités de regrouper les services (par exemple, l'atténuation des changements climatiques par la conservation des forêts). Les défis que pose la création de marchés pour les services écosystémiques du point de vue de l'éthique et de l'équité devront être analysés avec soin: le coût pour les communautés locales n'est souvent pas pris en compte dans le coût de la conservation.

On considère toutefois que la valeur commerciale élevée de la diversité biologique suffit pour accroître la demande privée de services écosystémiques, dont l'industrie du tourisme est un client potentiel. Il a également été suggéré que l'établissement d'un réseau international d'aires protégées était un moyen prometteur d'attirer des paiements pour la conservation de la diversité biologique.

Les participants ont relevé les nombreuses possibilités d'oeuvrer en faveur de la diversité biologique qui pourraient bénéficier du modèle de PSE. Il est à espérer que les «marchés du carbone» résultant de l'accord de Kyoto et de l'établissement de quotas pour les émissions nationales de CO2 incluront des critères qualitatifs, offrant ainsi des incitations plus fortes à préserver les zones forestières riches en biodiversité. Les événements survenus récemment dans la politique relative aux changements climatiques ont débouché sur plusieurs projets PSE ou similaires. Le système d'échange de droits d'émission est en train de gagner du terrain et les projets de fixation du carbone sont plus courants. Nombre d'entre eux sont nés des projets liés aux mécanismes du Protocole de Kyoto [mise en oeuvre conjointe (MOC) et mécanisme de développement propre (MD)] du Protocole de Kyoto. Tandis que le marché mondial du carbone se développe et attire l'attention, nombre de chercheurs et de praticiens essaient d'appliquer le concept du PSE à des défis écologiques tels que la perte de biodiversité.

www.unep.ch