Avant-propos

Björn Stigson

Björn Stigson
President du World Business Council for Sustainable Development

Björn Stigson, ancien Président et Directeur général du Groupe Fläkt, leader mondial dans les techniques de contrôle environnemental, a accédé à la présidence du WBCSD le 1er janvier 1995. Il siège au conseil d'administration ou au conseil consultatif de plusieurs organisations telles que l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la Global Reporting Initiative, la Clinton Global Initiative et, depuis peu, le Gouvernement chinois.

WBCSD

Le dossier de rentabilité du développement durable

Le WBCSD est né de la vision d'un industriel suisse qui prit conscience du rôle incontournable que le monde des affaires était appelé à jouer dans le développement durable, non seulement en tant que vecteur du changement mais aussi parce que l'industrie ne saurait se passer du développement durable pour réaliser pleinement son potentiel.

Cet industriel, Stephan Schmidheiny, a ainsi coordonné la participation des entreprises privées au Sommet de la Terre en 1992. Ensuite, en 1991, il jeta les bases du Conseil pour encourager l'industrie à participer à la Conférence de Rio. Les entreprises reconnurent alors la nécessité d'établir de nouvelles formes de partenariat à long terme pour stimuler le développement économique, ainsi que des normes sociales et environnementales. Avec ses partenaires, Schmidheiny arriva à la conclusion qu'il fallait entretenir cette coopération et maintenir le cap dans cette direction. Cette vision aboutit, en 1995, à la création de ce qui allait devenir le WBCSD.

Aujourd'hui, le Conseil travaille à partir de Genève au travers d'un vaste premier réseau - environ 190 membres - formé de dirigeants d'entreprises dont le chiffre d'affaires annuel total dépasse les 6 milliards de dollars - et d'un second rassemblant une soixantaine de Conseils nationaux du développement durable et d'organisations partenaires. Le WBCSD est le plus grand avocat de la durabilité dans les milieux d'affaires.

Dès ses débuts, le Conseil a misé sur les alliances et les partenariats. Il collabore aujourd'hui avec des ONG, des groupes de communication et des institutions universitaires, sans oublier les organisations internationales. En 2005, il a adopté une stratégie décennale qui reconnaît formellement l'importance de la sensibilisation pour relever les grands défis du développement durable, ainsi qu'une tendance mondiale aux partenariats entre les gouvernements, les entreprises et la société civile.

Notre impact sur les entreprises n'est finalement pas moins important que d'expliquer au reste du monde le rôle positif que l'industrie peut jouer dans le développement durable. Par exemple, le projet Mines, Minéraux & Développement durable (MMSD) établi en 2002 et rassemblant un certain nombre des plus grandes entreprises du secteur des mines, de la métallurgie et des minéraux autour de la cause du développement durable, a été mis sur pied par l'entremise du WBCSD. Il a réalisé une analyse approfondie du rôle de ce secteur et a apporté une contribution essentielle à l'orientation future de l'industrie minière et métallurgique.

Pour le WBCSD, le fait de coordonner l'ensemble de ces activités internationales à partir de Genève n'a rien de paradoxal. Le Sommet de la Terre - qui a permis au monde des affaires de prendre la parole dans le cadre des délibérations internationales sur le développement durable - a été préparé à partir de Genève, en tirant parti des avantages mêmes qui nous attirent ici. La présence dans la région genevoise de multiples organisations traitant de toutes les facettes du développement durable, de missions diplomatiques collaborant avec ces organisations et d'un large éventail d'ONG, fait de cette région un lieu idéal pour débattre des idées nouvelles et planifier l'action internationale.

www.wbcsd.org