Développement durable:
le social et l'environnement

Michel Jarraud

Michel Jarraud, Secrétaire général, OMM

Le 1er janvier 2004, Michel Jarraud a été nommé Secrétaire général de l'OMM pour un mandat de quatre ans. Il a été Secrétaire général adjoint de 1995 à 2003, et a consacré le début de sa carrière au Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (CEPMMT).

OMM

De nouvelles applications sociales pour la météorologie

L'Organisation météorologique mondiale (OMM) constitue l'épine dorsale des services mondiaux de prévisions météorologiques et climatologiques, qui sont fournies dans des délais toujours plus courts à mesure que la technologie et la coopération élargissent les possibilités de la météorologie

L'Année polaire internationale (API) 2007/08 a débuté officiellement le 1er mars 2007. Ce programme, lancé conjointement par le Conseil international pour la science (CIUS) et l'Organisation météorologique mondiale (OMM), constitue l'effort coordonné de recherche scientifique internationale le plus ambitieux des cinquante dernières années. Pendant cette Année polaire internationale, des milliers de chercheurs de plus de 60 pays participeront à 220 projets de recherche et de vulgarisation. Elle a pour objectif de faire progresser notre compréhension du système terrestre, en particulier les régions polaires, d'éduquer et de mobiliser le grand public, tout en contribuant à former la prochaine génération d'ingénieurs, de scientifiques et de décideurs.

Ce triple objectif est caractéristique des activités de l'OMM. L'API 2007-2008 ouvre une nouvelle ère dans la science polaire en mettant davantage l'accent sur la recherche interdisciplinaire, notamment dans les domaines de la physique, de l'écologique et des sciences sociales, et permettra d'instaurer des partenariats étroits avec les communautés autochtones et leurs enseignants.

Nos maîtres mots sont Coordination, Diffusion, Vulgarisation et Renforcement des capacités. Les données météorologiques sont recueillies et échangées entre tous les pays de la planète, quasiment en temps réel par le biais d'un réseau comptant plus de 15 satellites, 700 bouées, 3000 avions, 7300 bateaux et quelque 10 000 stations au sol. Grâce à ce système, les prévisions météorologiques à cinq jours sont plus fiables en 2007 que les prévisions à deux jours il y a 20 ans.

Pierre angulaire des activités de l'OMM, la Veille météorologique mondiale (VMM) regroupe les systèmes d'observation, les moyens de télécommunication et les centres de traitement des données - exploités par les membres - qui permettent d'acquérir, de traiter et d'acheminer l'information météorologique et géophysique connexe nécessaire pour fournir des services météorologiques et hydrologiques de qualité dans tous les pays.

La météorologie sert de plus en plus à éclairer les décisions en matière de développement durable.

Le 23 mars 2007, à l'occasion de la Journée météorologique mondiale, un nouveau site Internet a été lancé officiellement www.meteoalarm.eu (Vigilance météorologique: Europe). D'un seul coup d'oeil, de façon très conviviale, il alerte de la survenue possible de conditions météorologiques extrêmes et potentiellement dangereuses en Europe dans les 48 heures. Il a été mis au point par les Services météorologiques de l'Union européenne (réseau Eumetnet), avec l'appui de l'OMM. Ce système intègre toute l'information importante sur les phénomènes météorologiques dangereux produite par les services météorologiques nationaux officiels en Europe, notamment les fortes pluies avec inondations, la sécheresse, les ondes de tempête, les orages, les grands froids ou les chaleurs extrêmes, les tempêtes de neige et les avalanches.

Dans le cadre de ses activités de vulgarisation, l'OMM a organisé, en mars 2007, une Conférence internationale à Madrid, Espagne, sur les avantages économiques et sociaux offerts par la communauté météorologique et hydrologique, dont les Services météorologiques et hydrologiques nationaux des membres de l'OMM constituent le fer de lance. La question de l'évolution et de la variabilité du climat ayant de plus en plus d'importance dans les décisions gouvernementales, l'OMM espère aider les gouvernements à prendre des décisions cruciales en réunissant des décideurs, des usagers et des prestataires de services.

Nous nous trouvons sans aucun doute à un moment stratégique pour l'avenir la planète. Les preuves de la responsabilité humaine dans le réchauffement planétaire sont les plus manifestes jamais recueillies à ce jour. Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), créé par le PNUE et l'OMM, a fait valoir que grâce aux progrès considérables de la modélisation du climat ainsi que de la collecte et de l'analyse des données, les scientifiques sont aujourd'hui en mesure d'expliquer avec un «degré de confiance élevé» (c'est-à-dire avec au moins neuf chances sur dix de ne pas se tromper) la manière dont les activités humaines induisent un réchauffement général.

Les régions polaires sont extrêmement vulnérables à l'élévation des températures. On prévoit un recul des glaces de mer aussi bien dans l'Arctique que dans l'Antarctique. Une grande partie de la banquise permanente de l'Arctique devrait disparaître d'ici à la fin du XXIe siècle. Il est néanmoins impératif de continuer à renforcer les systèmes d'observation dans les régions polaires afin de mieux évaluer le rythme et les conséquences pour la planète des changements qui s'y produisent. L'API 2007-2008 n'aurait pas pu se situer à un moment plus critique.