Alliances entre organisations internationales:
le commerce

CCI

Promouvoir le commerce
des produits biologiques

An african worker

La demande des consommateurs en aliments sains, sûrs et produits dans le respect de l'environnement ne cesse de croître. Or, pour nombre de ces consommateurs, les produits biologiques répondent à tous ces critères. Dans les pays en développement, cet accroissement de la demande en produits écologiques ou biologiques est a priori une bonne nouvelle dans la mesure où, le plus souvent, les exploitations agricoles et les forêts sont de fait biologiques et bénéficient, contrairement à la concurrence, d'une main d'oeuvre et de terrains bon marché. Ainsi, le commerce de produits agricoles permet à des travailleurs agricoles et à de petits exploitants ayant accès à ces marchés de sortir rapidement de la pauvreté.

Pourtant, des normes privées, et notamment des normes propres à certains détaillants, peuvent se révéler chères et difficiles à respecter pour ces petits exploitants.

Le Centre du commerce international est l'organe de coopération technique de la CNUCED et de l'OMC chargé des aspects économiques du développement. Dans le cadre de son éventail de programmes d'assistance technique, le CCI dirige un programme de développement de la commercialisation des produits biologiques prévoyant des activités de formation et de sensibilisation pour les organismes d'appui au commerce et les exportateurs de produits naturels et biologiques d'Afrique subsaharienne et d'ailleurs.

Le CCI travaille en partenariat avec d'autres organisations sur le terrain et à Genève afin de tirer parti de leurs compétences complémentaires. En Ouganda par exemple, le CCI coopère étroitement avec le Conseil de promotion des exportations et le Mouvement biologique national afin d'aider les entreprises à améliorer leurs compétences commerciales et leur accès aux informations sur les marchés.

En 2006, le CCI a créé un nouveau portail. Destiné aux acteurs du secteur biologique (www.intracen.org/organics), il leur permet d'accéder librement sur Internet à des informations sectorielles ainsi qu'à une base de données sur les acheteurs et les vendeurs. Le CCI a ensuite décidé d'offrir un service d'information sur les marchés de produits biologiques. Il devrait être opérationnel en 2007 et les pays d'Afrique subsaharienne pourront y accéder gratuitement.

Il y a fort à parier que dans les prochaines années, la demande en produits de niche, biologiques ou issus du commerce équitable, continuera d'augmenter, ce qui renforcera le poids des normes utilisées pour distinguer tous ces produits sur le marché. Pour que ces normes servent les intérêts des pays en développement, il importe que les responsables de l'établissement des normes, les décideurs politiques et les détaillants aient pleinement conscience des questions cruciales qui sont en jeu. Les organismes basés à Genève ont pour mission de veiller à ce que les voix de ces pays soient entendues.

Informations fournies par Alexander Kasterine, Conseiller principal en développement de marchés auprès du CCI.

www.intracen.org